Carte des découvertes des déchets de guerre en Alsace entre 2008 et 2011.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carte des découvertes des déchets de guerre en Alsace entre 2008 et 2011.

Message par scoubidou57 le Mer 16 Déc 2015 - 13:51

Carte des découvertes des déchets de guerre en Alsace entre 2008 et 2011.




Janvier

· Niederroedern (67). Pendant le creusement d’une piscine dans le jardin privé d’un horticulteur, une bombe américaine de 250 kg datant de la Seconde Guerre mondiale est mise au jour. Elle mesure 1,30m de long et 35 cm de diamètre. « Nous avions ici une serre à chrysanthèmes. Et dire que nous avons à maintes reprises planté des piquets de 70 cm dans le sol autour de l’endroit » commente le père de l’exploitant. Les démineurs interviennent pour la neutralisation. Selon eux, l’équipage revenait d’Allemagne et a voulu larguer la bombe pour alléger l’avion bombardier sans intention de tuer puisque les dispositifs de mise à feu n’étaient pas enclenchés. Le périmètre de sécurité de 400 m entraîne l’évacuation de 600 riverains. Ceux-ci sont invités à couper dans leurs domiciles le gaz et l’électricité. Selon le maire, trop jeune pour avoir des souvenirs personnels, la synagogue de Niederroedern et un certain nombre d’autres sites dans les environs ont été bombardés pendant la dernière guerre.
Février
· Riedwihr (68).
Des ouvriers découvrent une bombe en travaillant sur un terrain privé. Les gendarmes et les pompiers sont alertés et un périmètre de sécurité mis en place. « L’engin explosif ne présentait aucun danger ».
Avril
· Hohrod (68).
Un collectionneur d’armes se suicide. 3,7 t de munitions ont été retrouvées chez lui dont plus de 500 kg encore actives. Avant de se donner la mort, l’homme avait incendié le hangar adjacent où les démineurs ont retrouvé 300 à 400 kg de munitions datant des 2 guerres dont 200 kg étaient encore actives. Les décombres constituent encore un danger potentiel et il est interdit de s’en approcher. La mairie a mis en place des barrières.
· Molsheim (67). Des ouvriers découvrent un obus datant de 1870 mesurant 36 cm de long et 15 cm de diamètre en creusant les fondations d’un immeuble. Une équipe de déminage l’enlève.
· Thann (68). Un groupe de randonneurs découvre une grenade dans les hauteurs entre Bitschwiller et Thann.
Mai
· Haguenau (67).
Les démineurs neutralisent un obus datant de la Seconde Guerre mondiale découvert pendant des travaux publics. Un périmètre de sécurité a été mis en place.
· Kembs (68). Les démineurs récupèrent une grenade à main datant de la Seconde Guerre mondiale découverte sur un chantier quelques jours plus tôt.
Juillet
· Mulhouse (68).
Il creuse dans son jardin et il met au jour un obus de 30 cm de long et 10 de large. Les démineurs récupèrent la munition.
· Mulhouse (68). La présence d’un obus de 10 cm de long pour 5 cm de diamètre est signalée sur un trottoir en pleine ville. La zone est sécurisée et balisée par les pompiers en attendant les démineurs. Cette découverte reste inexpliquée.
· Vogelgrun (68). Un obus est découvert sur un chantier EDF. Les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité. Le service déminage doit venir récupérer l’engin.
Août
· entre Andolsheim et Bischwihr (68).
Sur un chantier au croisement de deux routes départementales, des ouvriers découvrent un obus d’une quinzaine de kilos. Il s’agit d’un obus fumigène américain datant de la Seconde Guerre mondiale. L’objet a été déterré puis neutralisé par le service de déminage. « Il ne présentait pas de risque particulier ».
· Ebersmunster (67). L’Association du Souvenir Aérien dans l’Est de la France organise une fouille dans la forêt pour retrouver les restes d’un avion allemand datant de la Seconde Guerre mondiale. Quelques obus sont découverts.
· Hohrod (68). Un promeneur découvre un obus au cimetière militaire du Baerenstall.
· Horbourg-Wihr (68). Un obus de 45 kg est découvert sur un chantier.
· Orbey (68). Les démineurs interviennent à proximité du lac Blanc où des grenades sont signalées.
· Saint-Amarin (68). Un habitant, en enlevant les mottes de terre sur sa pelouse découvre une tête d’obus sans cartouche. L’obus, datant de la Seconde Guerre mondiale, est un obus de mortier américain. Les pompiers et les gendarmes balisent le terrain ; les services de déminage sont avertis et doivent venir récupérer la munition dans les prochains jours.
Octobre
· Andolsheim (68).
Un obus américain de 50 kg est découvert sur le chantier du rond-point. Il est récupéré par les démineurs.
· Richwiller (68). En creusant un trou pour des plantations, il met au jour un obus. Les démineurs doivent venir le récupérer. En attendant, la munition est mise en sécurité.

2009

Janvier
· Haguenau (67).
Un obus américain d’une dizaine de kilos et datant de la Seconde Guerre mondiale est découvert sur le chantier de rénovation et de restructuration d’une cité scolaire, plus précisément en creusant les fondations de la future chaufferie au bois. Les ouvriers alertent les pompiers.
Mars
· Illzach (68).
Sur le chantier d’un projet immobilier, une pelleteuse de l’entreprise Batichoc sort par inadvertance avec son godet des obus enfouis à plus d’un mètre de profondeur. Aucune évacuation n’est jugée nécessaire du fait de l’éloignement du site par rapport aux habitations les plus proches. Sous la conduite des démineurs, la pelleteuse continue sa fouille et ce sont finalement 41 munitions qui sont déterrées De calibres différents, certaines sont entières et d’autres en morceaux, certaines sont françaises, d’autres allemandes mais toutes sont de la Première Guerre mondiale. Les hommes de la sécurité civile les emmènent pour destruction ultérieure sur le site de Sainte-Croix-en-Plaine. L’existence d’un ancien fourneau de destruction après la guerre peut expliquer la présence de toutes ces munitions. Cet ancien site de destruction de munitions a, sans doute possible, généré des pollutions des sols, des sous-sols et des eaux. Elles ne sont pas prises en considération alors que l’usage du site va être résidentiel.
Avril
· Rombach (68).
Un petit obus de mortier allemand datant de la Première Guerre mondiale est découvert par un jeune rombéchat. Celui-ci mesure 7,7 cm de diamètre et 30 cm de long. Il est ramassé par les services de déminage de Colmar le 8 avril.
· Wegscheid (68). Un obus de mortier allemand datant de la Seconde Guerre mondiale est découvert dans un jardin. Dans un premier temps, Marcelline pensait qu’il s’agissait d’une grosse pierre. Mais, en plantant des fraisiers elle a découvert que c’était un obus, plus précisément un obus de mortier allemand selon le diagnostic des démineurs. Elle vivait avec depuis 65 ans dans le jardin de la maison familiale.
· Wittelsheim (68). Un obus américain datant de la Seconde Guerre mondiale est déterré par un tractopelle engagé dans des travaux de voirie rue de Cernay. Les sapeurs pompiers sont alertés ainsi que la police municipale qui balise la zone. Les démineurs sont attendus.
Mai
· Aspach-le-Haut (68).
Des riverains découvrent un obus de mortier dans un champ près de la rue de la Tuilerie. L’engin, qui dépassait de la terre datait vraisemblablement de la Seconde Guerre mondiale. Les gendarmes balisent la zone et avertissent les services de déminage de Colmar. Les pompiers sont également sur place.
· Wittelsheim. (68). Un obus, datant à priori de la Seconde Guerre mondiale, est découvert dans une propriété de la ville. Les pompiers balisent la zone où se trouve la munition en attendant que les démineurs viennent la chercher. Déjà au même endroit, 2 ans plus tôt, un autre obus avait été mis au jour.
Juin
· Schoenenbourg (67).
Un collectionneur d’armes est mis en examen et écroué. Il détenait à son domicile 350 armes (notamment de la Seconde Guerre mondiale ainsi que 160 armes blanches) et 2 t de munitions (de la poudre propulsive destinée à la fabrication de cartouches, 14 obus vidés, du TNT et des grenades).
Juillet
· Guewenheim (68).
Une tête d’obus de la Seconde Guerre mondiale est découverte dans la forêt. Elle se trouvait à même le sol. La gendarmerie de Thann et les pompiers sont alertés. Les services de déminage doivent venir récupérer l’engin.
· Munster (68). Un promeneur découvre deux obus, l’un de 70 mm et l’autre de 170 mm. Les munitions se trouvaient en bordure d’un chemin dans le col du Sattel. Les démineurs devraient les évacuer dans la journée. Des combats acharnés et répétés ont eu lieu entre février 1915 et 1918 dans ce secteur entre les troupes allemandes et les chasseurs français des bataillons alpins. Les chutes de neige compliquaient la vie et la progression des soldats. En 1918, deux divisions américaines viendront relever les troupes françaises sur ce secteur critique du front des Vosges.
Août
· Baltzenheim (68).
Alors qu’il s’apprêtait à effectuer des travaux de terrassement, un particulier a découvert dans son jardin un obus. Quelques jours plus tard, 2 obus supplémentaires puis un troisième sont découverts. Les démineurs interviennent et en détectent 10 de plus. Une dépollution du site est alors programmée. Un mois plus tard, 22 engins sont déterrés : 19 obus de mortiers allemands de 85 mm, un obus de mortier américain de 115 mm, une grenade américaine et une tête de fusée. Ils seront détruits à Sainte-Croix-en-Plaine (68). En tout 38 vestiges de guerre ont été retrouvés. Il n’y a eu aucun périmètre d’évacuation. Le foyer se trouvait en plein village. En cas d’explosion les projections auraient pu se disperser jusqu’à 800 m à la ronde. Toutefois, selon les professionnels, le danger était faible puisque « c’était des obus non tirés ». Les démineurs ont appris qu’il y avait une batterie de mortiers à cet endroit pendant la dernière guerre. Le propriétaire du terrain a dû s’acquitter de 1.300 euros réclamés par la société de terrassement qui a fouillé les 100m2 de jardin et dont l’intervention a été imposée par la Sécurité civile.
· Cernay (68). Un obus américain de 150 mm et 30 cm de long datant de la Seconde Guerre mondiale est découvert dans une parcelle boisée en cours de défrichage. Le Service de sécurité civile établit un balisage autour de l’engin.
· Orbey (68).
Une grenade au phosphore américaine (voir photo à la fin de l’inventaire) datant de la Seconde Guerre mondiale est mise au jour sur un chantier de maintenance hydraulique au Lac Blanc. L’ouvrier a vu une fumée se dégager de ce qui ressemblait à « une canette de coca ». Sous les conseils des démineurs, l’objet a été recouvert de terre. La grenade ne représentait aucun danger, elle aurait explosé 60 ans plus tôt et le phosphore qui s’est échappé de la grenade devant l’ouvrier était résiduel.
· Wittelsheim (68). Un jeune garçon trouve un obus dans l’herbe derrière le carreau de l’ancienne mine Amélie 1, rue des Violettes. L’engin datant de la Seconde Guerre mondiale semble avoir été déterré puis posé à cet emplacement. Gendarmes, pompiers, adjoints à la sécurité vont aussitôt sur place et avertissent les services de déminage de Colmar. C’est la troisième découverte en 4 mois à Wittelsheim.
Octobre
· Aspach (68).
Le site de la future déviation d’Aspach est en cours de nettoyage pyrotechnique depuis le 5 octobre. Cette déviation se situe sur la ligne de front de la Première Guerre mondiale où de nombreux affrontements ont eu lieu. Entre février et août 2009, 12 000 objets métalliques ont été détectés sur les 42 hectares du site par une société spécialisée dans la détection géologique d’objets métalliques. Les ouvriers décapent le sol sur une trentaine de centimètres à l’aide de leurs pelles mécaniques blindées. Le blindage est financé par le Conseil Général ; il se résume à des boucliers en polycarbonate de 3 cm d’épaisseur doublant les pare-brises normaux des cabines. Ce sont ensuite les services de déminage de Colmar renforcés par des collègues venus de toute la France qui assurent le dégagement final de l’objet métallique. Pour l’instant, environ 1.000 des ces échos ont été relevés, et moins de 1% des ces découvertes étaient des munitions. Les travaux vont se poursuivre pendant une petite année. A la fin du chantier le bilan global est évalué à 10 t de munitions.
· Marckolsheim (67). Un ouvrier déterre un obus datant de la Seconde Guerre mondiale pendant les travaux d’aménagement de la future piste cyclable. L’engin est enfoui à seulement une vingtaine de centimètres sous la terre et en bordure de la route. Le chantier est interrompu et un périmètre de sécurité est mis en place en attendant que les démineurs emportent la munition.
· Michelbach (68). Les démineurs doivent intervenir pour récupérer un obus long de 30 cm découvert sur le chantier de construction d’une maison.

2010


Janvier
· Pfaffenhoffen (67).
Un agriculteur retourne un champ et découvre une grenade au phosphore datant de la Première Guerre mondiale. Les gendarmes et le service de déminage de Colmar sont alertés et l’engin est neutralisé.
Mars
· Bischheim (67).
Un homme meurt en tentant apparemment de retirer, à l’aide d’une perceuse, la poudre d’une munition (une cartouche de 20 mm ou une grenade quadrillée). La munition explose et le tue sur le coup. On retrouve chez lui environ 1t de munitions datant de la Seconde Guerre mondiale principalement allemandes
· Dessenheim (68). Pendant des travaux, un engin de chantier découvre un obus non tiré de 105 mm ainsi qu’une douille pleine de poudre. Les démineurs sont avertis.
· Mulhouse. (68). Un obus datant de 1870 est découvert sur le palier dans un placard par le nouveau locataire de la maison.
Avril
· Galfingue (68).
Le propriétaire d’une maison à Galfingue déterre un obus de 150 mm et de 8 cm de diamètre datant à priori de la Seconde Guerre mondiale. Les pompiers et les gendarmes établissent un périmètre de sécurité autour de la munition. Les démineurs sont avertis.
Mai
· Sainte-Marie-aux-Mines (68).
Un amateur d’histoire militaire se promène en forêt du bas Violu. Il découvre un obus de 1,02 m de long pour 26 cm de diamètre. Il pèse une centaine de kilos. Il avertit les gendarmes et balise la zone. Il s’agirait d’un obus français datant de 1914. C’est le plus gros des obus découverts sur le site militaire du Violu et du col de Sainte-Marie-aux-Mines.
Juin
· Gunstett (67).
Alors qu’il travaille dans un champ, il déterre avec sa herse un obus datant de la Seconde Guerre mondiale mesurant 40 cm de long et 10 cm de diamètre. Les démineurs interviendront.
· Lauterbourg (67). Sur un chantier de réfection à l’arrière de la plateforme chimique Rohm and Haas, site industriel Seveso, un obus long de 40 cm est découvert à l’écart des unités de production et de stockage. Un périmètre de sécurité est mis en place et le chantier ainsi que la circulation sont interrompus. les démineurs interviennent et constatent que la munition n’était plus chargée.
Août
· Altwiller (67).
Des promeneurs découvrent en forêt d’Altwiller un obus de 50 cm de long. Un périmètre de sécurité est mis en place en attendant l’intervention des démineurs. La munition semble dater de la Seconde Guerre mondiale.
· Wihr-au-Val (68). Un obus de 5 kg est découvert sur un chantier dans la rue principale. Les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité en attendant que les démineurs récupèrent l’engin.
Septembre
· Chalampé (68).
Un obus est découvert pendant les travaux de réfection du pont. Les démineurs viennent chercher l’objet et apprenant que des grenades ont été trouvées à proximité, ils en profitent pour aller les chercher dans plusieurs foyers de la commune.
· Chavannes-sur-l’Etang (68). Un cueilleur de champignons découvre 34 grenades défensives américaines datant de la Seconde Guerre mondiale au pied d’un arbre. Le stock se trouve à 200 m d’un habitat pavillonnaire et à 50 m d’un chemin forestier communal. Les démineurs interviennent et les emportent à Colmar où elles seront détruites. Les premières observations permettent aux spécialistes de déduire que cet amas est l’œuvre d’un collectionneur qui après avoir cherché des munitions à l’aide d’un détecteur de métaux les a rassemblées sous cet arbre et perdues ou oubliées.
Octobre
· Aspach-le-Bas (68).
Un enfant découvre un obus de 70 mm datant de la Seconde Guerre Mondiale alors qu’il joue en bordure de la forêt. Un périmètre de sécurité est mis en place ; les démineurs sont attendus.
· Guevenatten (68). Les démineurs interviennent chez un particulier. Agé de 20 ans, il possède un véritable arsenal de munitions et d’armes datant des deux guerres mondiales (obus, mines, canons anti-char). En plein après-midi les habitants du village sundgauvien s’inquiètent de deux fortes détonations ; certaines des munitions trop précaires pour être transportées sont en effet détruites sur place. Il y en avait partout dans la maison et dans le garage, 2 t de matériel de guerre ont été saisies par les douanes. L’amateur passionné risque pour cette appropriation non autorisée 3.750 euros d’amende et 5 ans de prison.
· Soultz-sous-Forêts (67). Sur un chantier, alors qu’ils raclent le soubassement d’une chaussée, des ouvriers aperçoivent un objet qui dégage de la fumée. Dans un premier temps, ils croient que c’est une pièce détachée de la machine. Le chef de chantier s’approche et retourne avec le pied l’objet qui s’enflamme puis explose. Quand les démineurs interviennent, ils l’identifient comme étant une grenade américaine au phosphore datant de la Seconde Guerre mondiale. Des trouvailles similaires sont régulières dans le secteur de l’Outre-Forêt.
Novembre
· Bartenheim (68).
Alors que des travaux sont en cours à l’Auberge de l’Alsace, une tête d’obus de la Seconde Guerre mondiale est retrouvée. Dans l’attente de l’intervention des démineurs, elle a été déplacée et mise en sécurité. Selon les gendarmes, d’autres découvertes de ce genre sont possibles, le site a été bombardé pendant la guerre par les Allemands.
· Sélestat (67).
Pendant un contrôle routier, la police découvre dans la voiture d’un homme d’une vingtaine d’années des grenades encore rouillées et pleines de terre. Une perquisition à son domicile met au jour des grenades, des obus de mortier et des cartouches.
· Vieux-Thann (68). Un obus de type WerfGranate 34 est mis au jour sur le chantier de la gare. De calibre 8 cm et datant de la Première Guerre mondiale, l’engin est instable et donc intransportable sur une longue distance. Les démineurs le font exploser dans un champ sur la commune voisine de Leimbach. Les gendarmes de Thann ont établi un cordon de sécurité.
· Wittelsheim (68). Encore une découverte, un obus de la Seconde Guerre mondiale mesurant 60 cm de long et 20 cm de diamètre est mis au jour. Un périmètre de sécurité est mis en place et les démineurs sont attendus.
· Zellwiller (67). Pendant des travaux de terrassement, un ouvrier découvre des munitions datant de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit entre autres de 4 obus (dont un allemand de 205) et d’une grenade antichar américaine. Les démineurs ne peuvent pas intervenir tout de suite mais il est prévu qu’ils neutralisent les engins découverts et qu’ils procèdent à un diagnostic du terrain qui renferme peut-être d’autres engins. Zellwiller a été bombardé il y a 66 ans pendant les combats ultimes précédant sa libération.

2011


Janvier
· Mulhouse (68).
Alors qu’ils effectuent des travaux de terrassement avec une pelleteuse dans le Parc Alfred Wallach, des ouvriers découvrent un ancien obus de mortier allemand. L’engin est trop abîmé pour être transporté. Les risques sont importants, Les démineurs choisissent de détruire immédiatement la munition de calibre 8 cm et de 4 kg à quelques dizaines de mètres, dans la forêt du Waldeck.
· Schweighouse (67). Sur le futur tracé de la ligne de TGV Rhin-Rhône, à la sortie d’Aspach-le-Bas, des archéologues découvrent dans une tranchée 3 objets suspects. Quelques mètres plus loin, les archéologues repèrent un liquide inconnu qui s’écoule sous forme de mousse avec une odeur non-identifiée ce qui peut témoigner de la présence d’une munition chimique. Les archéologues informés de la présence probable de munitions chimiques datant de 1914-1918 ont déclenché la procédure de précaution. Les démineurs sont alertés ainsi que la cellule mobile d’intervention chimique des pompiers de Mulhouse. Il se trouve qu’en réalité, seul un des engins était une munition de la Première Guerre mondiale, une munition chimique plus exactement mais qui n’était plus active. Le liquide n’aurait été que de l’eau. Les prélèvements effectués sur place n’ont pas révélé de contamination des sols.
Février
· Strasbourg (67).
Une pelleteuse qui creuse des tranchées met au jour 3 obus. Un périmètre de sécurité est mis en place et un bâtiment universitaire est évacué. Les démineurs récupèrent les munitions pour destruction ultérieure. Au moins un des trois obus daterait de la Première Guerre mondiale.
Mai
· Gingsheim (67).
Alors qu’ils travaillent sur le chantier de la Ligne à Grande Vitesse Paris-Strasbourg, des ouvriers découvrent un obus de mortier de la Seconde Guerre Mondiale de 80 mm. Les démineurs le font exploser. Un périmètre de sécurité est mis en place.
· Mertzwiller (67). La bombe de 500 kg découverte dans une ancienne sablière pendant des travaux de terrassement à plus de 2 m de profondeur est neutralisée. Il s’agit d’une bombe américaine datant de la Seconde Guerre mondiale. Elle pèse 500 kg et mesure 1,5 m de long pour 80 cm de diamètre et contient 250 kg d’explosifs. A 7h30 la sirène donne le signal. 600 habitants sont évacués dans un rayon de 400 m. Un périmètre de sécurité est mis en place et un hélicoptère équipé d’une caméra thermique vérifie son respect. Il s’agit de la 3ème découverte de ce genre à cet endroit.
Juin
· Steinbach (68).
Des ouvriers qui creusent une tranchée pendant des travaux déterrent à 2 m de profondeur un obus datant de la Seconde Guerre mondiale mesurant 50 cm de long pour 180 mm de diamètre. Les ouvriers donnent l’alerte et les pompiers mettent en place un périmètre de sécurité. Le chantier est interrompu jusqu’à l’arrivée des démineurs.
Août
· Muntzenheim (68).
Les démineurs de Sainte-Croix-en-Plaine interviennent après la découverte d’une bombe américaine de la Seconde Guerre mondiale sur un chantier dans le cadre du diagnostic archéologique préalable à la construction d’un lotissement.
· Siltzheim (67). Il cueille des champignons, il découvre des engins de la Seconde Guerre mondiale (cinq grenades au phosphore et deux grenades antichars). Un périmètre de sécurité est mis en place et les démineurs évacuent les engins.
Septembre
· Schirrhein (67).
L’opération de dépollution pyrotechnique est en cours depuis le 18 juillet. Il s’agit de dépolluer un champ militaire de tir et de manœuvres du camp militaire d’Oberhoffen, destinée à l’extension du lotissement Les Myrtilles au lieu-dit Truppenübungsplatz. Un plan de sécurité mis au point par un cabinet d’étude de Besançon est établi à cette occasion : interdiction d’accès à la zone et évacuation de 22 maisons pour une durée variant de 2 à 4 jours. L’entreprise allemande Frederich Lenz Umwelttechnik est en charge de l’opération. Pour une sécurité maximale de la population, un talus de big-bags de sable est mis en place. L’entreprise récupère 8 grenades à main, des cartouches d’entraînement, des obus américains de 105 mm et 75 mm inertes au milieu d’une décharge de déchets divers : lessiveuse, barbelés, séchoirs à linge, ferrailles, cadres de vélos, boîtes de conserves… Les munitions sont ensuite confiées à la sécurité civile pour destruction.
Décembre
· Duntzenheim (67).
En octobre, des ouvriers découvrent sur le chantier de Ligne à Grande Vitesse une trentaine d’obus de 40 mm, des restes de grenades à fusil et divers explosifs. « La découverte de plusieurs munitions dans un même périmètre signale la présence d’un dépôt ». Les démineurs interviennent et vident un fossé de 4 à 5 m de profondeur en récupérant à la main ou à la pelleteuse une centaine de kilos de munitions par jour. Les moins dangereuses sont évacuées, les plus fragiles sont « pétardées » sur place. Les provenances sont diverses : Allemagne, Etats-Unis, Grande-Bretagne. Un périmètre de sécurité est mis en place dans un rayon d’1 km et la circulation est coupée. Presque 500 kg de munitions datant de la Seconde Guerre mondiale sont retrouvées : cartouches, pièces d’artillerie, mines… Après la fin de la guerre, les villageois ont constaté l’abandon par la Wehrmacht et la Deuxième Division Blindée française de beaucoup de munitions. Celles-ci sont éloignées du village. Pour une part elles sont explosées, pour l’autre elles sont abandonnées au fond d’un fossé qui sera par la suite comblé avec des matériaux de démolition et des déchets. La découverte a eu lieu à l’extrême limite du chantier de la LGV. A 2 m près elle passait inaperçue. Question : combien de décharges pyrotechniques de ce genre restent cachées ?
· Eschbach (67). Pendant des travaux d’assainissement, une pelleteuse percute un obus de 12 cm de diamètre datant de la Seconde Guerre mondiale. La munition est encore amorcée et contient de la poudre. Un périmètre de sécurité est mis en place Les démineurs l’emmènent.



Grenade américaine au phosphore comme à Orbey en août 2009.
Extrait de « En attendant les démineurs ». Déminest.








avatar
scoubidou57

Messages : 496
Date d'inscription : 18/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum